SONGERIE DE MICHAEL du 15 novembre 2022

SONGERIE DE MICHAEL du 15 novembre 2022

Comme vous le savez probablement, je réalise pas mal de vidéos d'une demi-minute, chacune avec son propre thème. Elles se trouvent sur de nombreuses plateformes de médias sociaux, Instagram, TikTok, FB, etc. Juste un échantillon, en quelque sorte, sans longues explications. L'une d'entre elles, récente, était "On a ce qu'on mérite". C'est le genre de message que l'on reçoit ou que l'on ne reçoit pas... et ce n'est pas grave. Une personne a écrit dans les commentaires : "Et qu’en est-il des enfants maltraités ?" Même lorsque je parle de ces vidéos, je me rends compte qu'elles peuvent être mal interprétées et ceci en est un exemple parfaitement compréhensible. Dans la petite image d'une seule vie, puis la mort, la fin, je suis d'accord, mon commentaire n'a pas de sens.

Mais je parle toujours dans une perspective plus large : nous sommes des âmes immortelles et éternelles. Chaque vie présumée n'est qu'une incarnation dans la continuité de nos vies, pendant laquelle le soi-âme tente d'apprendre et de grandir à partir de l'expérience. Dans ce cadre de la réalité, on récolte ce que l'on a semé. Si, dans l'une de vos incarnations, vous abusez des enfants - et historiquement, cette pratique horrible a été courante - alors vous aurez une incarnation où vous ferez l'expérience d'être abusé en tant qu'enfant. Il ne s'agit pas de bien ou de mal, de bon ou de mauvais, mais de cause et d’effet. Ce que nous semons, nous le récoltons.

De même, si nous sommes sincèrement gentils et généreux avec les gens au cours de nos incarnations, la vie nous accordera beaucoup de chance et des amitiés profondes.

C'est toujours une bonne idée de choisir l'Amour. Lorsque celui-ci revient nous rendre visite, il est toujours bénéfique. Ce n'est qu'une raison parmi d'autres pour laquelle je vous exhorte constamment à… choisir, vivre et être l'AMOUR inconditionnel, EN CONSCIENCE !

Texte de l’illustration :

Ne discutez jamais avec quelqu’un dont la télévision est plus grande que la bibliothèque. Emilia Clarke

Catégories: Songerie de Michael